top of page
Rechercher

La communauté connectée


La vision qui a toujours alimenté notre travail au COPA National est celle d’un monde dans lequel tous les enfants, tous les jeunes et toutes les personnes peuvent s’épanouir et atteindre leur potentiel. Dans ce monde, les enfants et les jeunes sont en sécurité, tant sur le plan physique qu’émotionnel; leurs forces et leurs capacités sont respectées et elles et ils vivent dans la liberté, tout en respectant le droit des autres de vivre dans la liberté.

La vérité est que notre société n’est pas organisée de façon à promouvoir l’épanouissement des enfants, des jeunes et, en fait, de la plupart d’entre nous. Nous vivons dans un monde d’inégalités économiques et sociales, et les personnes les plus vulnérables vivent dans la plus grande précarité (par exemple, les enfants, les jeunes, les femmes, les personnes LGBTQ+2S, racialisées et autochtones, les personnes en situation économique difficile, etc.)


Au COPA National, nous pensons qu’il est de notre responsabilité collective de prendre soin des personnes les plus vulnérables de notre société. L’un des importants piliers de notre travail consiste à mobiliser la communauté dans son ensemble pour faire en sorte que tous les enfants et toutes les personnes puissent exercer leur droit fondamental à la sécurité, à la force et à la liberté.

Dans un récent épisode du balado The Gray Area, l’animateur Sean Illich a interviewé Gabor Maté au sujet de son nouveau livre The Myth of Normal (Le mythe de la normalité). Leur conversation fait écho à l’approche unique du COPA National et fait le lien entre les traumatismes causés par la violence interpersonnelle et la perte des droits personnels (par exemple, les adultes qui ne respectent pas les droits des enfants et le fait que ce sont des êtres humains) dans ce contexte sociétal plus large.

Dans une société où tant d’enfants vivent dans des familles nucléaires isolées, les parents sont surpassés par leurs responsabilités monumentales et manquent de ressources et de soutien adéquats. Les communautés qui offraient un certain soutien aux familles sont aujourd’hui moins en mesure de le faire parce qu’elles sont, entre autres, confrontées à une partisanerie accrue, à un fardeau économique incessant, à des inégalités raciales permanentes et à de l’anxiété en raison de la COVID. Il y a des choses que nous pouvons faire en tant qu’individus pour donner du pouvoir aux jeunes, mais si la société ne soutient pas les familles en leur fournissant des réseaux de soutien appropriés, des filets de sécurité, des dispositifs de protection financière et des services attentifs et compatissants, alors les familles continueront à être laissées à elles-mêmes pour faire face à des événements dévastateurs, comme la pandémie, et leurs enfants en souffriront.

La pandémie n’a fait qu’exacerber le contexte social problématique pour les familles et les enfants.

Pendant le confinement, les familles ont été soumises à un isolement encore plus écrasant et à des responsabilités accrues à cause de la fermeture des écoles. Si on ajoute à cela le stress financier vécu par un grand nombre d’entre elles et l’angoisse liée à la pandémie, il n’est pas étonnant que le taux de violence familiale ait monté en flèche. Nous savons que les conséquences de ces événements et de ces milieux pour les enfants [expériences négatives durant l’enfance (ENE)] peuvent être catastrophiques et durables et mener à des traumatismes et au syndrome du stress post-traumatique.

Pendant la pandémie, les situations de crise en matière de santé mentale des enfants et des jeunes ont explosé. Une étude a révélé qu’après une année de pandémie, le cerveau des participantes et des participants à l’étude avait en fait vieilli et dépassé leur âge chronologique. En outre, le lobe frontal (responsable des fonctions d’exécution) s’était aminci, tandis que l’amygdale et l’hippocampe (régulateurs des réactions de peur et de stress) avaient grossi. Il n’est donc pas surprenant que les diagnostics de trouble obsessionnel-compulsif et de troubles de l’attention se soient accrus et que le taux de suicide chez les enfants ait augmenté de façon vertigineuse. En octobre 2021, l’American Academy of Pediatrics (en anglais) a déclaré une urgence nationale en ce qui concerne la santé mentale des enfants et des adolescentes et adolescents et a demandé une augmentation du financement pour renforcer les systèmes communautaires d’aide aux familles et aux enfants.


Au COPA National, nous nous engageons à créer un contexte plus favorable aux familles, aux enfants et aux jeunes. Nous encourageons la communication, les contacts et la compassion dans les outils et les stratégies adaptés aux enfants que nous proposons aux communautés, aux écoles et aux familles. Nous ne croyons pas et ne participons pas au blâme des parents parce que nous reconnaissons les difficultés qu’ils rencontrent. Nous fournissons ces outils et ces stratégies pour renforcer la capacité de tous les adultes de prendre soin des enfants et nous encourageons et renforçons leur motivation à le faire.

Lorsque toutes les personnes ont des outils et des stratégies, les enfants en récoltent les fruits. Il faut vraiment un village….

1) Solliciter l’engagement des familles, des tutrices et tuteurs et de la communauté


La plupart d’entre nous ont été élevés à penser que la punition est normale, naturelle et même logique parce que nous avons grandi dans le paradigme punitif de l’éducation des enfants décrit ci-dessus. Au COPA National, nous encourageons les personnes qui s’occupent des enfants à quitter la voie de la punition, de la honte et du blâme pour se concentrer sur les possibilités d’apprentissage. Dans notre site Web, Le parentage encourageant destiné aux parents, tutrices et tuteurs, nous présentons des outils, des stratégies et des exemples concrets sur la manière d’intervenir auprès des enfants âgés de 2 à 12 ans. Ne manquez pas de consulter le site Web pour en savoir plus sur la manière d’être un parent positif, sur les stratégies du COPA National et sur la punition corporelle et ses répercussions.

Résoudre les problèmes ensemble est l’outil d’autonomisation du COPA National. Il décrit un processus clair et simple sur la façon d’offrir un soutien aux enfants qui ont des difficultés et de les aider à développer leur capacité à résoudre les problèmes.


Le respect, c’est pour toi et moi est un guide sur le consentement pour les parents, les tutrices et tuteurs (et tous les adultes). On y définit l’agression sexuelle, la culture du viol et le consentement. On explique comment les adultes peuvent favoriser l’autonomisation des enfants et des jeunes, renforcer leur résilience et leur offrir un soutien collectif.

Une autre excellente ressource pour les parents et les tutrices et tuteurs (et tous les adultes) est une série de courts métrages animés qui inspirent et motivent les parents à s’engager et favorisent une meilleure collaboration entre la maison et l’école. Chaque court métrage est accompagné d’un guide de discussion pour aider à amorcer un dialogue sur les divers sujets abordés, par exemple : Lire avec nos enfants; Rencontre avec le personnel enseignant; Croire en la réussite scolaire de nos enfants; Équité et diversité – collectivités et écoles multiculturelles, etc.

La série de trois blogues décrit comment les adultes peuvent comprendre les situations d’intimidation et intervenir adéquatement tout en renforçant les capacités des jeunes.

Écoutez avec ardeur, réconfortez avec douceur est un cours en ligne gratuit sur la prévention de l’intimidation destiné aux parents, tutrices et tuteurs et à tous les adultes. Découvrez comment l’intimidation peut toucher les enfants et explorez les stratégies de renforcement des capacités pour prévenir l’intimidation.

L’un des particularités du COPA National est qu’il offre des programmes aux enfants et aux jeunes, à leurs parents, tutrices et tuteurs et aux éducatrices et éducateurs – c’est-à-dire à tout le cercle de soins qui entoure les enfants. Encore une fois, lorsque tout le monde est équipé d’outils et de stratégies, les enfants en profitent parce que les adultes dans leur vie collaborent pour améliorer leur bien-être. Et lorsque tout le monde partage une compréhension collective, les enfants sont plus susceptibles de vivre dans la sécurité, la force et la liberté.


2) Le rôle des éducatrices et des éducateurs

Au COPA National, nous encourageons les éducatrices et les éducateurs à prendre davantage conscience de leur importance pour les enfants. Les enseignantes et enseignants jouent un rôle central en aidant les élèves à développer une croyance fondamentale en leur propre valeur intrinsèque. Chaque journée d’école présente une multitude d’occasions d’interagir avec les élèves de façon à leur permettre de s’accepter et de se respecter elles-mêmes et eux-mêmes et les autres. Nous offrons de nombreux programmes, ressources et outils pour soutenir les éducatrices et les éducateurs comme ceux que nous vous proposons ci-dessous.

Nous offrons aux éducatrices et aux éducateurs des programmes de renforcement des capacités pour les aider à en savoir plus sur la prévention de la violence et sur la manière de réduire la vulnérabilité des enfants à la violence et aux agressions en ayant recours à des stratégies fondées sur l’autonomisation. Pour en savoir plus sur nos programmes destinés aux éducatrices et éducateurs, visitez notre site Web.

Bien-être@l’école est un site Web complet créé par le COPA National en collaboration avec la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’Ontario. Il comprend les quatre modules de formation suivants destinés au personnel enseignant : Autonomisation des jeunes; Prévention de l’intimidation; Équité et éducation inclusive et, enfin, Parents, tutrices et tuteurs : partenaires pour la prévention. Ces modules ont été conçus pour fournir aux éducatrices et aux éducateurs les ressources et les stratégies éprouvées pour les aider à gérer les problèmes d’intimidation, d’homophobie, de racisme et de sexisme à l’école ainsi que les situations avec lesquelles le personnel de l’école doit traiter chaque jour. Les modules sont basés sur l’approche du COPA National en matière de prévention ainsi que sur les recherches et les meilleures pratiques actuelles pour promouvoir un milieu scolaire où règnent la sécurité, la force et la liberté.

L’outil Le respect, c’est pour toi et moi (guide destiné au personnel enseignant) offre des stratégies pratiques aux éducatrices et aux éducateurs pour prévenir l’agression sexuelle. Le guide comprend la définition de l’agression sexuelle, de la culture du viol et du consentement et explique comment les éducatrices et les éducateurs peuvent favoriser l’autonomisation des jeunes, donner l’exemple de résilience, utiliser des stratégies d’intervention et travailler avec les communautés pour créer une culture du consentement et établir des relations saines.


Le cours en ligne sur la prévention de l’intimidation du COPA National destiné aux éducatrices et aux éducateurs est une ressource pratique qui propose des scénarios, des exercices et des activités à mener en salle de classe et dans toute l’école. Découvrez notre approche unique en matière de prévention de l’intimidation et d’établissement de milieux d’apprentissage et de travail sains et inclusifs.


3) Autonomiser les enfants et les jeunes

Nous pensons que les facteurs sociaux, comme le manque d’information, la dépendance et l’isolement augmentent la vulnérabilité des enfants et des autres groupes sociaux marginalisés, c’est pourquoi nous leur offrons des stratégies d’autonomisation pour réduire leur vulnérabilité. Dans tous nos programmes destinés aux enfants et aux jeunes, nous :

  • leur fournissons de l’information sur leurs droits de façon claire, concrète et réaliste;

  • les encourageons à identifier les sources de soutien potentielles, qu’il s’agisse de leurs pairs ou d’adultes;

  • augmentons leur capacité en leur proposant des outils et des stratégies de résolution de problèmes qui favorisent leurs droits.

N’hésitez pas à vous renseigner davantage sur nos programmes.

Le COPA National a créé une série de trois superbes contes illustrés pour les jeunes enfants sur des thèmes liés à la prévention de l’intimidation, à l’appartenance et au soutien. Ils contiennent des messages sur l’écoute, la gentillesse, la bienveillance, la compassion et le courage. La compassion – le langage universel est une réédition de ces contes traduits en sept langues autochtones : cri, inuktitut, michif, mohawk, oji-cri, ojibwé et oneida.

Ça colle est une bande dessinée pour les élèves de la 5e à la 8e année qui peut aider à entamer une conversation avec les jeunes sur la pression des pairs, l’intimidation, le courage et le soutien.

La vision à long terme du COPA National est celle d’une société où il y a plus de cohésion, de soutien mutuel et d’interdépendance – une société qui offre un soutien continu aux familles. Nous travaillons à créer ce changement positif durable dans les communautés en renforçant les capacités des gens, des familles, des écoles et des organismes.


Une analyse sur les facteurs sociaux de vulnérabilité a été menée en 1978 par le personnel d’un centre d’aide aux victimes d’agression sexuelle de Columbus, dans l’Ohio. Cette analyse a inspiré le travail du COPA National depuis sa création et lui permet de comprendre les connexions et les liens entre l’oppression des divers groupes sociaux marginalisés.


Selon cette analyse, la société est largement organisée et structurée par les personnes en position de pouvoir et tend à refléter leur vision et leur compréhension de ce qui est important (par exemple, leurs intérêts, leurs expériences, leurs priorités et leurs besoins). Les personnes issues de groupes marginalisés peuvent partager une vulnérabilité aux agressions (interpersonnelles ou systémiques) et à la discrimination en raison de leurs conditions sociales.


Les femmes, les personnes issues de groupes ethnoculturels marginalisés et celles ayant des orientations sexuelles et des identités de genre marginalisées (et d’autres groupes) sont de plus en plus vulnérables aux agressions, à la discrimination et aux autres manifestations d’iniquité et d’exclusion, plus elles :

  • manquent d’information;

  • manquent de pouvoir et sont dépendantes des personnes qui sont susceptibles d’exercer leur pouvoir sur elles;

  • sont isolées.

Nous atténuons les facteurs de vulnérabilité et réduisons la vulnérabilité de toutes les personnes marginalisées, y compris des enfants et des jeunes, en renforçant leurs capacités en leur fournissant de l’information, du soutien, des stratégies et des outils qui favorisent leur autonomisation et leurs droits.


Nous invitons tous les membres de la communauté au sens large à apprendre, à grandir et à changer avec nous. Parce qu’il faut un village! Il faut une école entière! Il faut toute la communauté!

bottom of page